mercredi 23 avril 2008

Mémoire vive

J'ai bien souvent envie de capturer une couleur.

La touche de peinture, d'un rose inconnu, sur une toile.
Le vert bleuté d'un feu de signalisation.
L'étrange orange-vieil or-caramel d'une voiture.
Le tourterelle-souris-éléphant d'un nuage d'orage.

Aucun appareil photo ne les vole vraiment.

Et pourtant je les capture et je les stocke : quelque part sur un neurone.
Mon cerveau est arc-en-ciel.

17 commentaires:

  1. jolie mémoire, j'espère croiser un jour cette voiture à la couleur si particulière!

    RépondreSupprimer
  2. C'est justement en l'apercevant depuis un bus (elle se remarque !) que j'ai écrit ce petit texte : j'étais incapable de définir cette couleur invraisemblable et je n'avais plus qu'à m'en souvenir telle quelle ;)

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique ce petit poème ! et je te ressemble un peu (encore !)...je trouve ça fou toutes ces belles couleurs qui nous entoure et dont on arrive pas à les immortaliser en photos...ou en peinture? bref, à quand une visite colorée de ton cerveau? ça doit etre chouette là dedans...

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien le concept...

    C'est vrai qu'on est souvent pas satisfait par le rendu des appareils photos

    RépondreSupprimer
  5. C'est souvent rageant de ne pas pouvoir fixer une couleur, un effet de lumière...
    Les photos peuvent être très belles mais il manque toujours "quelque chose" de ce qu'on ressent devant la vraie nuance, je crois.
    J'aimerais tant savoir peindre ! A défaut de la couleur exacte, on doit pouvoir mieux retranscrire son ressenti...

    RépondreSupprimer
  6. J'adore! La chute est formidable! C'est a la fois candide, malicieux et spirituel.

    RépondreSupprimer
  7. Pour moi tu captures bien davantage, le touterelle-souris-éléphant d'un nuage d'orage... Tu captes le temps qui passe. Tu es merveilleuse, Fantôme.

    RépondreSupprimer
  8. J'essaie bien de tendre énergiquement mon filet pour capturer le temps, mais je n'attrape que de petits morceaux... qui me sont précieux !

    RépondreSupprimer
  9. Hello again,

    Apparement, y a un vert que tu as bien capté. ;)

    C'est pas si dur que ça de peindre... faut pas etre doué en dessin à defaut de ce qu'on croit à tort. (J'ai toujours été dernier de la classe en dessin)

    @ tout bientot.

    Au fait, pour graine, si tu l'aimes tant que ça, on peut s'arranger.

    RépondreSupprimer
  10. Welcome back, Jpou :)

    Je t'ai écrit pour l'arrangement ;)
    J'aimerais bien mettre ton blog en lien "en dur" mais en attendant ton accord j'encourage vivement ceux qui liraient ce commentaire à aller voir tes tableaux sur ton blog !... et surtout la très verte "Graine" bien sûr.

    Je crois que j'ai un gros problème : j'étais bonne en dessin :( Tu crois que j'ai quand même une chance d'arriver à peindre ?
    J'en ai très envie mais je n'ose pas me lancer, j'ai peur de ne pas me "lâcher" assez pour obéir à une inspiration. Autant je me sens libre en écrivant un poème, autant la toile blanche me panique !

    RépondreSupprimer
  11. Toujours autant en admiration!
    Mes amis disent la même chose de mes textes... Oui mais mes amis sont gentils avec moi, tout simplement!
    Ici, je n'ai aucun intérêt à être gentille avec toi, c'est sincère, je suis à terre!

    RépondreSupprimer
  12. Merci, Vinch !
    Comme quoi les visiteurs aussi peuvent être gentils ;) Je crois que tes amis sont simplement sincères eux aussi !

    RépondreSupprimer
  13. J'ai d'abord cru à un poème aléatoire, puis j'ai découvert les formes et les couleurs associées...
    Un oeil électronique ne voit que les photons qui entrent dans l'objectif. Si nous savons ouvrir les yeux, nous voyons bien plus que tout cela !! Marrant ton histoire de couleur, moi j'ai toujours pensé à des couleurs que notre oeil est incapable de discerner ^^!

    RépondreSupprimer
  14. Nore imagination nous permet des associations qui enrichissent la palette ;) Mais je suis moi aussi persuadée que nous ne voyons pas le dixième des couleurs qui existent. Comment savoir par exemple celles que voient un oiseau, un poisson... ou même un robot ? Quand on est dans un état un peu "second", demi-sommeil ou extrême relaxation par exemple, on perçoit déjà d'autres nuances; alors il peut y en avoir une infinité au-delà ! Je crois que notre cerveau filtre énormément.

    RépondreSupprimer
  15. "mon cerveau en arc en ciel" je vous envie, vous avez les neurones de toutes les couleurs; moi je les ai presque toutes en noir quelques une en blanc, peut etre c'est parce que je suis depressive:)..

    RépondreSupprimer
  16. Bienvenue dans mon arc-en-ciel, Chado :)
    Encore que ces derniers jours, à mi-mai, ma dépression fait plutôt écho à la tienne... mais les couleurs sont au moins dehors !

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte Google/Blogger et ne souhaitez pas en créer un, choisissez "Nom/URL" comme profil. L'URL n'est pas obligatoire.