lundi 19 mai 2008

Solidarité

Un bout de papier
dans un cube de plastique.

Pour le droit
d'apprendre,
d'être libre,
s'abriter sous un toit,
survivre à la faim.

Le droit,
pas la charité.

Pour le droit
d'aimer, elle ou lui,
de se partager un pays,
respecter le vivant
et les individus.

Fournir, sans un merci,
l'aide,
l'éducation,
les soins,
l'avenir.

Exiger anonymement
un simple dû,
pour les présents
et les futurs,
même pour soi.

Ne pas ouvrir son portefeuille
en une aumône gratifiante
pour s'en obséder
au moment de s'engager.

Le droit,
pas la charité.

Pas un billet
dans une sébile.
Un bout de papier
dans un cube de plastique.

Et s'il le faut, les barricades.

11 commentaires:

  1. J’aime ! J’admire vraiment la facilité avec laquelle tu arrives à versifier ta pensée. D’autant que ton poème tombe à pic pour moi, puisque je suis allé voter hier… Néanmoins, même si il existe de nombreuses façons de se montrer solidaire dans notre société, glisser un bulletin dans une urne reste la première des actions citoyennes.

    RépondreSupprimer
  2. von allmen wilfrid19 mai 2008 à 12:06

    tout à fait de cet avis...
    bisous petite sœur

    RépondreSupprimer
  3. ** Gwendal, toi j'étais sûre que tu irais voter, même avec une canne ! J'aurais pu te dédier ce poème ;) Bizarrement il m'est souvent plus facile de m'exprimer sous forme de poème (même pas très poétique)...

    ** Wilfrid, ça ne m'étonne pas. Je sais bien que, même si tu aimes la pêche, tu n'oublies pas de voter non plus ;)
    Gros poutous, frérot :)

    Je ne suis bien sûr pas contre les autres formes de solidarité, mais je regrette que certaines personnes s'inscrivent dans des associations caritatives puis votent aveuglément pour le candidat qui leur promet des réductions d'impôt... si encore elles vont voter ! Heureusement, les jeunes, eux, semblent plus motivés depuis quelques années. On s'éloigne peut-être enfin de ce rejet de la politique qui était une forme de démission.

    RépondreSupprimer
  4. c'est très beau. il faudrait l'afficher sur les murs dans la rue!...
    bonne nuit fantome de lune

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Melodye :)
    J'irai le placarder pour les prochaines élections ;)

    RépondreSupprimer
  6. Un bon poème civique !!
    Voter est certes un droit mais surtout un devoir !
    Décider de notre destiné
    car cetains sont morts
    pour notre liberté !!

    RépondreSupprimer
  7. Certains sont morts pour notre liberté, d'autres se sont épuisés à lutter toute leur vie pour la reconnaissance de droits sociaux(de grève par exemple ;) ou pour plus de justice. Et nous pouvons tous faire un petit quelque chose, pratiquement sans effort...

    RépondreSupprimer
  8. Ah oui moi aussi je vais toujours voter ! comme me disait ma maman quand j'étais petite, "des femmes se sont battues pour qu'on ait le droit de vote" donc rien que pour cette idée, je vais voter...mais dimanche, y'avait quoi comme vote??? Très joli poème sinon, c'est vrai que tu as le don de faire des poèmes sur des jolis thèmes, pas facile et qu'on aborde pas assez...

    RépondreSupprimer
  9. Clélia, tu es une digne fille ! Ca fait bizarre de penser qu'il y a à peine 70 ans les femmes n'avaient pas le droit de vote en France. Ca paraît tellement arriéré ! Bon, nous n'avons pas encore réussi à changer le monde, mais ça viendra bien un jour ;)

    Dimanche il y avait une élection partielle à Nice. Gwendal en parle sur son blog.

    RépondreSupprimer
  10. "le droit, pas la charité" tu as raison, on est parfois tellement réprimé , maltraités et écrasés,et interdits d'exprimer et de reclamer notre propre et sipmle droit, qu'on a l'impression de demander une charité ...

    RépondreSupprimer
  11. Oh oui, Chado ! Et on en vient à oublier que ce sont (ou devrait être) des droits...

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte Google/Blogger et ne souhaitez pas en créer un, choisissez "Nom/URL" comme profil. L'URL n'est pas obligatoire.