mercredi 20 janvier 2010

En désespoir sans cause

aspirer
comme un succédané de vie
ce qui reste de jour

survivre d'un lux
d'un décibel
d'un atome

se raccrocher
au vent même

5 commentaires:

  1. se raccrocher
    au vent même

    et y saisir toutes les subtiles nuances
    des parfums du monde
    et dans un souffle
    s'extasier de joie
    en apothéose

    RépondreSupprimer
  2. Bon, aller, maintenant tu sors, tu respires un grand coup, et tu reviens nous conter les faces de toutes les lunes ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Tu vois, je reconnaitrai ta patte parmi mille poèmes. J'aime beaucoup les images qui se dégagent de cette composition.

    Je dois également préciser que les commentaires m'ont fait rire ^^!
    Laisse-moi t'offrir en substance pour te soulager de tes maux quelques "poignées" de lux, une étoile suffira et quelques décibels d'une musique douce (là, c'est pur cadeau car augmenter d'un décibel correspond à multiplier par dix le volume)et une tonne de plumes d'anges pour y sauter dedans.
    Bonne soirée Fantôme
    fx

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte Google/Blogger et ne souhaitez pas en créer un, choisissez "Nom/URL" comme profil. L'URL n'est pas obligatoire.