mardi 18 septembre 2007

Rêves d'hiver (années 70)

Il est si tard...
une branche sur l'herbe
un peu de bois qui expire
l'ombre de vie s'écoule vers la terre
et la Lune imbibe le ciel.

Il est si tard déjà...
les plumes d'un moineau
les reliefs d'un festin
le cri se perd dans le silence
et la Lune éteint les échos.

Il est si tard pour moi...
mon corps raidi de solitude
mes mains brisées de froid
une illusion naît et s'efface
la Lune apaise ma douleur.

La nuit me berce...

2 commentaires:

  1. Une fascination pour la nuit (le sommet du jour) et, oui, la Lune. Tanit dans toute sa splendeur, l'astre féminin à la douce lumière. Peut-être ma déesse tutélaire?

    RépondreSupprimer

Si vous n'avez pas de compte Google/Blogger et ne souhaitez pas en créer un, choisissez "Nom/URL" comme profil. L'URL n'est pas obligatoire.